J’ai longtemps hésité à participer à l’appel à l’intelligence collective lancé sur le blog et je n’y contribuerai pas

par Pierre Blaize

J’ai longtemps hésité à participer à l’appel à l’intelligence collective lancé sur le blog et je n’y contribuerai pas. Ce n’est pas  parce que je ne crois pas à l’intelligence collective, mais parce que je ne pense pas, que sur ce sujet, il soit utile de créer de nouvelles mesures à celles existantes.

Quel est l’objectif ? Eviter que le déconfinement n’aboutisse à une recrudescence de la propagation du virus.

Quels sont les moyens à notre disposition ? Les gestes barrière correctement appliqués et le port du masque dans toutes les circonstances où il est nécessaire, c’est-à-dire quand un espace de plus d’un mètre ne peut être respecté et en cas de croisement, que sa durée n’excède pas 1/4 d’heure. C’est ce que les autorités médicales nous disent.

Nous avons donc ce qu’il nous faut pour nous déconfiner avec le maximum de sécurité si ces mesures sont respectées avec bon sens et souci de la santé des autres et de soi-même.

Au lieu de cela, on nous invite à faire assaut d’imagination et à bâtir des usines à gaz qui seront mal comprises et difficiles à faire appliquer sans sanctions ni police.

Pour revenir à la question de l’ouverture des plages et des sentiers côtiers à Pénestin, je ne vois pas pourquoi il faudrait en réglementer les accès, les heures etc.

Que chacun applique les consignes rappelées ci-dessus pour sa santé et celle des autres. Inutile alors de bâtir des parcours fléchés et des zones balisées, etc.

On me rétorquera à juste titre que nous sommes indisciplinés. C’est vrai, mais en parallèle nous nous plaignons de vivre dans une société dans laquelle les règlements sont légion pour organiser notre vie en communauté.

Comment résoudre ce paradoxe qui nous infantilise ?

Tout simplement en acceptant notre responsabilité individuelle.

Nous sommes dans une petite commune : si chacun d’entre nous a à cœur d’appliquer les préconisations des autorités médicales, nous pourrons éviter les contraintes excessives. Plus nous serons nombreux à porter un masque quand c’est nécessaire et à appliquer les gestes barrière, et plus les récalcitrants seront poussés à rejoindre le gros de la troupe. Mais il faut aussi que nous n’hésitions pas à interpeller ceux qui n’appliquent pas les mesures prévues pour les inciter à les respecter.

Quitte à les traiter de cyniques qui veulent la mort des plus fragiles de leurs concitoyens, ce qui, allons jusqu’au bout du cynisme, contribuera à libérer des logements et à diminuer le coût des retraites.

4 commentaires sur “J’ai longtemps hésité à participer à l’appel à l’intelligence collective lancé sur le blog et je n’y contribuerai pas”

  1. Pierre, Je suis complètement d’accord avec toi! Laissons chacun prendre ses responsabilités, rajouter des règles fera encore des laissé-pour-comptes: si le concept de “plage dynamique” est retenu, quid des jeunes enfants qui adorent aller à la plage, quid des handicapés physiques, quid des lecteurs et j’en oublie.

  2. Un grand nombre de maisons secondaires sont actuellement habitées, et ce dans la plus grande discrétion et respect des gestes barrières, et les consommateurs de camping sont notoirement peu consommateurs de plages , trop de sable , et de choses bizarres dans l’eau…
    on pourrait au moins tester la responsabilité, comme on teste le deconfinement . Cela serait en tous les cas moins contaminant que les transports en commun citadins !!!

  3. Monsieur Pierre Blaize,
    je ne vous connais pas – sauf à avoir lu sur ce blog vos diverses interventions – mais en le cas présent vous avez parfaitement résumé la situation : faire appel à l’intelligence et à la responsabilité individuelle de chacun. Et pas besoin d’instaurer des entrées et des sorties aux plages (comme l’idée incongrue d’une préfète énarque, ceci expliquant sans doute cela) ou de réglementations d’heures, de déclarations en mairie….etc. Ne dit-on pas que les solutions les plus simples sont généralement les meilleures ?

    Mais, car il y a un mais.
    Si en la situation présente cela ne devrait pas poser de problème avec les habitants à l’année ou les résidents irréguliers (comme c’est mon cas) pour respecter les règles, qu’en sera-t-il par contre lorsque nous arriverons à la saison estivale ?
    Ce n’est un secret pour personne que la population juillettiste et aoûtienne dans sa grande majorité n’a pas tout à fait le même genre de comportement que des résidents à l’année, étant là avant tout pour “consommer du loisir et de la plage” en un laps de temps compté sans se soucier de beaucoup d’autres choses, voire à se croire en pays conquis, et quand on voit les comportements actuels de certains de ces futurs “visiteurs” en Ile de France pour ne pas la nommer, il y a de quoi s’inquiéter ! car la pandémie ne va pas s’arrêter par miracle le 30 juin.

    Reste donc aujourd’hui aux nouveaux élus de Pénestin (toutes tendances confondues, espérons-le) à se mettre rapidement au travail pour anticiper d’ici à un mois et demi toute l’organisation de ces futurs deux mois et à trouver les solutions les mieux adaptées pour déjà calmer certaines ardeurs et débordements, mais éviter aussi quelques frictions avec les Pénestinois du cru.
    Quitte à envisager même la prise de mesures punitives voire d’expulsion pour les plus récalcitrants.

    1. Merci pour le commentaire. Effectivement la question du comportement de nos visiteurs “extérieurs” va se poser.
      Si je suis optimiste, je me dis que dans les mois précédent leur visite, ils auront pu prendre conscience de l’importance d’un comportement individuel responsable, et donc continuer dans le même sens à Pénestin.
      Si je suis pessimiste (ou réaliste), si le séjour à Pénestin est pour eux une occasion de se défouler, je ne vois pas de solution miracle. Cela ne devrait pas nous faire changer de comportement.
      Qui sait, l’exemple d’une population locale respectueuse de la vie de tous peut être contagieuse. Si nous avons le courage de leur faire reproche de leur comportement, sans craindre les rebuffades, certains, moins obtus que d’autres, pourront changer.
      Quant à l’action de la nouvelle municipalité que moi aussi je souhaite la moins partisane possible, elle aura à faire preuve de beaucoup d’imagination et d’intelligence collective pour traiter les inévitables problèmes liés au Covid19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.