Le maire de Pénestin indique avoir renoncé à installer une antenne-relais de téléphonie mobile au Pouldour

Il l’a déclaré vendredi lors d’une commission municipale. Il a aussi téléphoné à une riveraine du Pouldour, en disant qu’il recherchait d’autres implantations plus éloignées des habitations, et en lui demandant de faire suivre l’information aux membres du collectif de riverains qui s’est constitué contre ce projet d’installer une antenne de 22 mètres de haut à moins de 50 mètres des premières habitations. Il l’a répété lundi à ceux qui l’interrogeaient. La raison donnée à ce renoncement est l’avis défavorable apporté par un service de Cap Atlantique, probablement celui chargé du Droit des sols, aux sites choisis pour l’implantation de ces antennes. Le maire a cependant refusé d’apporter plus de précisions sur les motifs invoqués par Cap Atlantique. Sur l’antenne du camping de Kerfalher, installée à l’automne dernier pour le compte d’Orange à proximité immédiate d’autres habitations, aucun commentaire n’a été fait.

Le maire et son adjoint aux réseaux insistent tous deux pour dire que leur renonciation à ce projet est sans rapport avec la pétition qui a réuni 300 signatures à l’appel du collectif. Ce faisant, ils adressent aux riverains un message qui est à peu près celui-ci : votre action n’a pas suscité plus de résultats que si vous étiez restés assis chez vous devant vos écrans. Les choses se décident indépendamment de vous. Laissez-nous les mains libres pendant 6 ans et ne vous occupez plus de rien, puisque vous nous avez élus.

Pour ma part, je tiens à féliciter ceux qui se sont levés pour dire non ! Ils ont montré qu’il y a dans notre commune des citoyens prêts à s’indigner, comme disait Stéphane Hessel, soucieux de l’intérêt collectif, attentifs à l’environnement, à la santé publique et aux droits des citoyens.

La vigilance s’impose néanmoins. J’ai tenté aujourd’hui de savoir si le maire de notre commune était tenu par la signature d’une « décision de non-opposition à la déclaration de construction » des antennes, et si oui, à quelle date elle aurait été prise. Selon la loi Élan de 2018 en effet, il n’est plus possible de revenir sur une telle décision une fois qu’elle a été actée par le maire, sauf à engager un contentieux devant un tribunal administratif. Plusieurs maires, comme celui de La Turballe, ont échoué face aux opérateurs de téléphonie lorsqu’ils ont ainsi tenté de faire retirer des projets d’antennes. L’adjoint à qui j’ai laissé un message ne m’a pas rappelé, et on m’a proposé un rendez-vous au service urbanisme pour consulter ladite décision (dont je n’ai même pas la certitude qu’elle existe)… mardi prochain. Tout habitant de la commune a pourtant le droit de consulter un document de ce type, de même que l’avis fourni par Cap Atlantique.

L’article à suivre, intitulé « Bientôt, la France ressemblera à un hérisson avec toutes ces antennes ! », retracera le combat d’un collectif d’habitants dans le Maine-et-Loire qui a conduit Orange à renoncer, au bout d’un an et demi, à l’implantation d’une antenne de 42 mètres de hauteur.

PS. On me dit que la mairie n’aurait pas renoncé à implanter une antenne à Kerséguin. L’argument attribué à Cap Atlantique à propos de l’antenne du Pouldour est celui de la proximité d’une zone de campeurs-caravaniers, au Clos du Béchi. Pourquoi et quels sont les autres arguments : mystère. Cela ne vaudrait pas pour Kerséguin où l’on pourrait par conséquent maintenir le projet d’antenne. Sauf que ce hameau comporte lui aussi une zone de campeurs-caravaniers, deux fois plus grande, et située à 30 mètres à peine de l’emplacement prévu. Que penser ? Que signifient de tels propos ? On me dit aussi que certains parmi les campeurs-caravaniers de Kerséguin ne sont pas décidés à se laisser faire… Hypothèse : on renonce à placer une antenne au Pouldour pour ne pas avoir à affronter le collectif qui s’y est créé et on maintient Kerséguin parce qu’il n’y a pas de collectif, ni de pétition… du moins pas encore. On en est à tenter de démêler le vrai du faux, c’est assez désagréable…

3 commentaires sur “Le maire de Pénestin indique avoir renoncé à installer une antenne-relais de téléphonie mobile au Pouldour”

  1. Ping : Les déclarations du maire sur le renoncement à l’antenne du Pouldour - penestin-infos

  2. inquiétant ce commentaire de la mairie….
    Le maire et son adjoint aux réseaux insistent tous deux pour dire que leur renonciation à ce projet est sans rapport avec la pétition qui a réuni 300 signatures à l’appel du collectif. Ce faisant, ils adressent aux riverains un message qui est à peu près celui-ci : votre action n’a pas suscité plus de résultats que si vous étiez restés assis chez vous devant vos écrans. Les choses se décident indépendamment de vous. Laissez-nous les mains libres pendant 6 ans et ne vous occupez plus de rien, puisque vous nous avez élus.
    Après une élection où les groupes n’ont pas pu organiser de réunions…. c’est déjà une élection où le maire est peu légitime…. ces élections auraient dues être reportées… et quand on voit ça, ça fait peur pour la suite….

  3. “La raison donnée à ce renoncement est l’avis défavorable apporté par un service de Cap Atlantique, probablement celui chargé du Droits des sols, aux sites choisis pour l’implantation de ces antennes”
    2 poids , 2 mesures, alors, car l’avis du service juridique du même cap atlantique sur un permis de construire n’est pas suivi d’effet ….?? mais il est vrai qu’ il n’ y a pas de mobilisation contre de simples passe droits en matière d’urbanisme ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.