Les plages vouées à disparaître ?

La Lettre de Philosophie Magazine aborde une question qui nous touche particulièrement : l’avenir de nos plages.

D’ici à 2100, la moitié des plages de sable, qui occupe plus d’un tiers du littoral dans le monde, pourrait disparaître selon une étude publiée lundi 2 mars dans la revue scientifique Nature.

En cause ? Le dérèglement climatique et l’effet de l’érosion liée aux activités humaines : les tempêtes, les aménagements côtiers, auxquels il faut ajouter les prélèvements de sable et l’élévation du niveau de la mer. 

Parmi les pays concernés par ce phénomène, l’Australie serait la plus touchée avec plus de 12 000 km en danger, soit environ 40 % de son littoral sableux, suivie par le Canada, le Chili, le Mexique, la Chine, les États-Unis, la Russie et l’Argentine.

Le bord de mer est d’autant plus fragile qu’il est le visage du changement par excellence, de la transformation incessante, comme le rappelle le philosophe Pierre Cassou-Noguès. Souvenons-nous que l’aménagement balnéaire a rapidement transformé des lieux parfois hostiles en lieux de plaisance et de repos.

Comme il le montre dans Métaphysique d’un bord de mer (Cerf, 2016), la plage est une invention. En France, par exemple, le bassin d’Arcachon n’était au XVIIIe siècle qu’un paysage de dunes “affreuses” bordé d’une mer “effrayante”. En un siècle, il est devenu un lieu de villégiature prisé, où jouir du plaisir du bain, une mer travaillée par l’humain, endiguée par des promenades plantées de beaux arbres et gardant quelque chose d’un passé indéfini, multiple et contradictoire, une nostalgie de temps qui n’ont jamais existé”.

Si vous avez des photos ou des témoignages sur les états antérieurs (ou à venir !) de nos plages, n’hésitez pas à les transmettre.

Le lien vers la revue Nature ne marche pas. Voici le bon : https://www.nature.com/articles/s41558-020-0697-0

Il nous renvoie vers le résumé de l’article (en anglais) :

Published: 02 March 2020

Sandy coastlines under threat of erosion

Nature Climate Change volume 10, pages260–263(2020)

Abstract

Sandy beaches occupy more than one-third of the global coastline1 and have high socioeconomic value related to recreation, tourism and ecosystem services2. Beaches are the interface between land and ocean, providing coastal protection from marine storms and cyclones3. However the presence of sandy beaches cannot be taken for granted, as they are under constant change, driven by meteorological4,5, geological6 and anthropogenic factors1,7. A substantial proportion of the world’s sandy coastline is already eroding1,7, a situation that could be exacerbated by climate change8,9. Here, we show that ambient trends in shoreline dynamics, combined with coastal recession driven by sea level rise, could result in the near extinction of almost half of the world’s sandy beaches by the end of the century. Moderate GHG emission mitigation could prevent 40% of shoreline retreat. Projected shoreline dynamics are dominated by sea level rise for the majority of sandy beaches, but in certain regions the erosive trend is counteracted by accretive ambient shoreline changes; for example, in the Amazon, East and Southeast Asia and the north tropical Pacific. A substantial proportion of the threatened sandy shorelines are in densely populated areas, underlining the need for the design and implementation of effective adaptive measures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.