Un scandale ordinaire à la mairie de Pénestin

Par Dominique BOCCAROSSA, conseiller municipal d’opposition

Je reçois ce message de M. Boccarossa, que je publie intégralement et sans modifications. GC

« J’ai reçu cet après-midi un message sibyllin de la secrétaire de mairie :

« Bonjour, en raison de l’apparition d’un cas de COVID 19 positif et, par conséquent, plusieurs cas contact, au sein de l’équipe municipal, le prochain conseil municipal qui devait avoir lieu le lundi 12 avril 2021 est reporté au vendredi 16 avril 2021 à 19h30 à la salle des fêtes. »

Le site de la mairie est encore plus évasif à destination du grand public : 

« Conseil Municipal reporté le 16 avril

En raison de la situation sanitaire, le prochain Conseil Municipal est reporté au vendredi 16 avril à 19h30 à la salle des fêtes. »

Quelle manie dans cette mairie de ne jamais être simplement transparent !

En tant qu’élu d’opposition, j’ai participé à une réunion de la commission d’urbanisme mercredi matin. En tant qu’élu d’opposition, je ne suis pas dans la confidence de ce que se disent entre eux les élus de la majorité. J’ignore par conséquent qui parmi les élus est atteint du covid et si je l’ai croisé. J’ignore si je suis cas contact. Et toutes les personnes que j’ai croisées depuis mercredi l’ignorent autant que moi. 

J’ai répondu à la secrétaire de mairie vers 18 heures. Il est fort possible que je n’aie aucune réponse avant lundi matin 9 heures. 

Ce n’est qu’un scandale ordinaire. Un de plus à la mairie de Pénestin. »

13 commentaires sur “Un scandale ordinaire à la mairie de Pénestin”

  1. Que madame « Florence » se rassure, je suis rassuré. Je tiens toutefois à préciser que je ne suis pas un employé. Je me considère comme un bénévole qui agit et fait des propositions pour les intérêts de la commune. M. Puisay n’est donc pas un collègue ni mon employeur. Je n’attendais rien de ce monsieur sauf le respect de notre travail, de notre présence et de notre parole.

    1. Naturellement M.Bocarossa, je ne sous entendais point que vous étiez employé, il s’agissait d’un exemple… que vous soyez employés, employeurs, chômeurs, écoliers collégiens étudiants etc. Le tracing contact est le même pour tous. ( Le madame est un peu étrange puisque que je me présente en tant que Florence tout simplement ) Prenez soin de vous.

  2. Que M. Boccarossa se rassure, s’il a été cas contact il recevra un SMS de l’Assurance Maladie comme tout citoyen français. S’il n’en reçoit pas, c’est qu’il ne l’est pas… L’assurance permet l’accompagnement pendant la période d’isolement. Ce n’est pas à l’employeur d’appeler les collègues d’un cas contact dans son entreprise… Mais j’imagine que c’est un des travers de nos petits villages de vouloir absolument savoir « qui »… c’est humain je suppose ( mais pas forcément louable)

    1. Merci Florence pour votre message très clair. D. Boccarossa répondra s’il le souhaite. Ce que vous dites correspond à peu près à ce que Valérie Laloux m’a expliqué hier. Lorsqu’une personne est testée positif, on lui demande d’indiquer une liste des personnes avec qui elle a été en contact durant la période où elle était contagieuse. Cette liste remonte à la CPAM (assurance maladie) qui contacte ensuite toutes ces personnes, déclarées cas-contacts, et leur demande de s’isoler. Voilà ce que j’ai compris. Je ne le savais pas de façon aussi claire jusqu’à présent.

      Ce que j’en pense : c’est un système rationnel, mais fragile, soumis à des risques d’erreurs humaines. Il suffit d’un dysfonctionnement ou d’un oubli pour qu’une personne ne soit pas prévenue, et donc ne sache pas qu’elle est cas-contact, et ne prévienne pas à son tour les personnes avec qui elle a été elle-même en contact. Face à des catégories comparables de risques, très loin d’être négligeables, les systèmes informatiques, par exemple, utilisent la redondance pour redoubler les messages. C’est une sécurité afin de réduire le niveau du risque d’effacement ou de déformation des messages. C’est la même chose dans les communications humaines, lorsque face à un employé ou un agent d’accueil qui vous fait une réponse qu’il considère comme « sans discussion », vous vous permettez d’insister, de reposer la même question avec un léger décalage, et que cela permet parfois de lever un malentendu. Ces situations sont tellement fréquentes dans la société actuelle, que nous sommes tous obligés de développer des stratégies face aux banques, aux services des impôts (j’ai personnellement fait l’expérience d’erreurs commises par ces deux institutions, mais d’abord niées, jusqu’à ce qu’on vérifie), ou encore la Sécu ou une mairie.

      Je ne crois donc pas que l’on puisse dire : s’il ne reçoit pas de message, c’est qu’il n’est pas cas-contact. Les systèmes que l’on peut appeler « bureaucratiques », comme tous ceux que je viens de citer, commettent des erreurs. Et face au covid, il est normal de chercher à s’en prémunir au maximum. Je pense que la plupart des entreprises, lorsqu’elles sont à taille humaine, redoublent elles aussi la transmission des messages et informent leur personnel d’une façon ou d’une autre. Cela vaut pour les mairies, et il ne s’agit pas d’une curiosité afin de « savoir qui ». Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte le secret médical. En cas de besoin, il y a moyen de donner de façon informelle « une information », non nominative, mais suffisante pour savoir à quoi s’en tenir. Dans le cas de M. Boccarossa, un autre élu aurait pu, sans citer le nom de celui testé positif, lui dire discrètement qu’il ne faisait pas partie de la commission d’urbanisme. Cela aurait plus ou moins suffi. Et cela valait toujours mieux que de se retrouver contraint de faire des déductions à partir de l’absence d’appel de l’assurance maladie. La secrétaire de mairie lui a écrit samedi, mais de façon aussi floue que la veille et en disant que s’il portait un masque à la réunion, il n’y avait pas de souci (masque médical, chirurgical ?) Et parmi les autres élus, personne, hier soir, ne l’avait encore appelé, alors que, je suppose, les élus de la majorité se sont probablement appelés les uns les autres. Il est normal que les réseaux d’affinités recouvrent les groupes politiques, mais il y a des situations où l’on devrait passer outre, je trouve.

      Je comptais reproduire ici également le message paru en fin de matinée sur la page facebook Osons Pénestin, qui semble répondre au présent blog (mais je n’en suis pas sûr, car les allusions sont assez floues) en s’interrogeant sur une volonté de polémique, mais ce que je viens d’écrire est déjà tellement long que je me contente, par souci de transparence comme d’habitude, de donner le lien : https://www.facebook.com/OsonsPenestin à la date d’aujourd’hui.

      J’ajoute pour information que Pénestin compte en ce moment plus de 30 cas de covid, qui ne sont pas reliés les uns aux autres comme cela a été le cas il y a 3-4 semaines, mais sont au contraire disséminés dans les quartiers et les différentes catégories de la population (résidents à l’année, résidents secondaires, jeunes, vieux…) Ce sont pour l’essentiel des cas de variant anglais. Cela signifie que le virus est très présent actuellement et qu’il circule de façon intensive sur la commune. (information fournie par le Dr Laloux)

      1. Le contact tracing menée par l’assurance maladie est pointilleux. Comme on peut s’en douter il est plutôt plus prudent que laxiste quant aux cas contact, logique vu le contexte. Je pense qu’il est très important de conserver le droit au secret médical dans notre pays et ce système le permet. Je suis un peu inquiète des dérives auxquelles peut mener une revendication du type « on a le droit de tout savoir », rappelant des principes de régimes politiques que je n’envie pas. Par ailleurs, je pense qu’il ne faut pas tomber dans la psychose : oui le virus circule partout, et oui même chez nous, on dirait que les habitants de Pénestin se sentaient un peu comme le village d’irréductibles gaulois jusque là et qu’on tombe un peu des nues et que c’est la panique. Cela m’interpelle. Moi je vous invite de tout cœur à ne pas tomber dans la peur : que le virus circule beaucoup ou pas, cela ne change pas le fait qu’il faut appliquer les gestes barrières, comme on le fait depuis 1 an, qu’il faut continuer à vivre et à se faire vacciner dès que cela est possible. Vivre dans la peur c’est malsain à mon sens( ça me rappelle l’ambiance post attentat en 1995 à Paris personnellement!) .
        Je comprends parfaitement votre désir d’informer ici en tant que journaliste du nombre de cas sur Pénestin, du type de variant etc. Mais d’un autre côté cela me dérange parce que je pense que cela entretient cette peur et que tout le monde n’est pas armé de la même façon psychologiquement… et d’un autre côté il ne faut pas ignorer bien sûr, mais il ne faut pas non plus tomber dans le sensationnel ou le macabre, tout est une question d’équilibre en fait… et il n’est pas facile toujours de le trouver. Pour ma part la petite carte hebdomadaire de l’echo de la presqu’île me suffit pour suivre l’évolution, je n’ai pas besoin des détails en fait, juste de connaître l’évolution, que ce soit tel ou tel variant cela ne changera pas grand chose à ma vie ( puisque gestes barrières et vaccination quand j’y serai autorisée ) j’ai l’air un peu fataliste peut être à parler ainsi je ne sais pas… bref c’était ma petite pensée du soir que je partage avec vous… mais une fois de plus je comprends votre volonté d’informer.

        1. Bonsoir Florence, Je suis heureux que nous puissions avoir ce débat dans le respect mutuel et de façon argumentée. Il y a tellement d’invectives et de propos insultants sur la plupart des réseaux sociaux. Je regarde comme vous la carte de L’Echo de la Presqu’île tous les vendredis matins. Mais vous n’ignorez pas que ces résultats sont décalés à peu près d’une semaine au moment où ils sont publiés. Si le Dr Laloux me donne des informations plus récentes, je ne les publie qu’avec son accord et vous aurez remarqué que je n’ai pas spécialement publié d’informations “anxiogènes” depuis le premier confinement. Je suis resté plutôt en retrait et me suis consacré à d’autres sujets, parlant finalement assez peu du covid. Si j’ai donné aujourd’hui les chiffres des personnes positives à Pénestin, c’est que ces chiffres m’ont moi-même frappé et qu’il m’a semblé que cette information était utile. Nous sommes saturés de débats et souvent mal informés sur les aspects qui nous concernent le plus. Je comprends votre argument : ma soeur vivait encore à Paris au moment des attentats de 1995 et a déménagé peu après. Mais on ne peut pas décider à la place des gens qu’ils ne sont pas assez mûrs, ou assez armés psychologiquement, pour “supporter” de voir la vérité en face. Les régimes politiques dont vous parlez pèchent plus souvent par le silence ou la désinformation que par l’abus d’informations exactes. Bref, je considère que je m’adresse à des adultes, je ne vis pas dans la peur en ce qui me concerne, et je ne crois pas faire peur aux gens en leur donnant une information vraie, et, dans la mesure du possible, vérifiée selon des règles et des critères professionnels. Si c’était le cas pour certains, il me semble que ce sont l’écoute et l’empathie, plus que l’autocensure, qui apporteraient le complément nécessaire. J’ai eu un vrai maître il y a longtemps, qui professait la “tendresse” dans les deux sens du terme : aimer les gens, une condition sine qua non pour faire du journalisme, de l’enseignement, et pas mal d’autres choses, et s’ouvrir à eux, être “malléable”, plus encore qu’ouvert, accepter de subir leur influence, un impact, lorsque je les rencontre… Merci encore pour votre réponse et bonne fin de soirée.

  3. Il y a quelques jours, suite à un article de ton blog sur le covid, je te remerciai d’être la seule source d’information à Pénestin.
    Les faits sont têtus !
    Aujourd’hui tu publies un texte de M.D.Boccarossa nous indiquant le report du conseil municipal suite à un cas de Covid à la mairie.
    Allant régulièrement consulter le site de la mairie à la recherche d’éventuelles informations j’avais simplement trouvé le message suivant:
    “Conseil Municipal reporté le 16 avril
    En raison de la situation sanitaire, le prochain Conseil Municipal est reporté au vendredi 16 avril à 19h30 à la salle des fêtes.”
    Aucune information concernant un éventuel cas de Covid à la mairie or, je suppose, qu’un certain nombre de citoyens ont frequenté la mairie ces derniers jours et, en tous cas, ceux qui ont participé à la réunion sur les jardins partagés et qu’aucun n’a été contacté pour être mis en garde.
    Aucune envie de polémique quelconque mais simplement le souhait que chacun puisse traverser cette pandémie dans les meilleurs conditions et prenne conscience que la principale vertu de l’information est d’être partagée.

  4. L’application TOUS ANTI-COVID est une réponse pour Dominique BOCAROSSA, le Français RESPONSABLE devrait avoir cette application dans son smarphone, mais comme d’habitude , ON CRITIQUE alors qu’il y a des solutions.

    jmp

    1. Monsieur, je publie votre message, mais il me semble que sur un sujet comme celui-ci, l’anonymat n’est pas de mise.

      Voici ce que dit le site du gouvernement (https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/tousanticovid ) :

      “TousAntiCovid : comment fonctionne l’application ?
      TousAntiCovid est une application dite de contact tracing, au même titre que celles présentes dans les différents pays européens.
      Elle utilise le signal Bluetooth d’un téléphone pour détecter un « smartphone » à proximité et ainsi établir de manière anonyme que plusieurs personnes se sont croisées. L’application prend en compte les contacts à moins d’1 mètre pendant au moins 5 minutes, ainsi que les contacts à moins de 2 mètres pendant au moins 15 minutes. Les autres utilisateurs avec qui la personne malade est restée en contact prolongé durant sa période de contagiosité sont ainsi averties par une notification. La période de contagiosité débute à partir des 48h précédent la date de début des symptômes ou sept jours avant son test positif si la personne est asymptomatique. ”

      L’élu positif au covid disposait-il de l’application tousanticovid ? La mairie a-t-elle recommandé à ses élus et à son personnel de s’équiper de cette application, d’autant plus qu’il y a déjà eu des cas en son sein ? Pour ma part, je n’ai pas la réponse à ces questions. Si quelqu’un est en mesure de répondre, ce sera utile. Par ailleurs, on aurait pu imaginer que la mairie téléphone ou fasse téléphoner à toutes les personnes qui ont été en contact avec l’élu positif, et même à celles qui ne l’ont pas été afin de les rassurer. Si je comprends bien, le mail reçu par M.Boccarossa avait pour objectif de le prévenir du changement de date du prochain conseil et non de l’éventualité qu’il soit cas contact. On peut en déduire, il me semble, que l’information a été transmise oralement à l’intérieur de la mairie… avec des oubliés.

    2. Elle est triste la commune où le maire refuse de s’exprimer , d’argumenter, notamment sur ce blog qui lui a proposé à plusieurs reprises de le faire au même titre que d Boccarossa .
      Monsieur jpm , vous avez le droit à votre vérité, mais force est de constater que le maire élu sur la promesse du dialogue , de la concertation et d’une ” nouvelle gouvernance ” , a choisi le silence et parfois la calomnie . Et le silence à propos de la contamination d’un élu , est scandaleux . Espérons qu’il ne devienne pas mortifère .

    3. Soit la personne savait qu’elle était positive et aurait du être isolée chez elle, dans ce cas Anticovid ne sert a rien (et la personne, si elle sort, doit activer son application et se déclarer elle-même positive -ce qui signifie qu’elle met sciemment les autres en danger!), soit la personne ne le sait pas, et dans ce cas Anticovid non plus, donc il ne sert a rien non plus…Et j’ai bien peur que la personne qui prend le risque de contaminer les autres sciemment n’active pas pas son application non plus…
      Aucune étude d’impact de cette appli n’a d’ailleurs été publiée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.