Voir sans être vu ? Non, être vu sans le savoir !

————————————————————————————

complément ajouté le lundi 19 février à 15 h 20

Quelques informations supplémentaires, obtenues aujourd’hui auprès du responsable de la sécurité à la mairie, et qui conduisent non pas à corriger, mais à compléter les éléments présentés dans cet article (mea culpa, quoi qu’il en soit) :

– La délibération du Conseil du 29 janvier portait sur une demande de subvention auprès de la Préfecture dans le cadre du projet de « vidéoprotection », comme indiqué sur le relevé de décisions. Le projet lui-même doit encore passer par deux étapes avant d’être validé : une enquête publique ; l’accord du préfet. (J’ignore encore si l’accord du préfet précède ou suit l’enquête publique. Dans la première hypothèse, l’enquête publique est évidemment annulée purement et simplement. Quant à cette dernière, si elle a lieu, vos nombreux commentaires laissent prévoir des discussions animées.)

– L’utilisation des caméras est régie par des règles contraignantes : deux personnes en tout et pour tout sont habilitées à visionner les écrans ; cela a lieu dans un local privé qui n’a pas encore été « créé » ; les enregistrements sont effacés au bout de 8 jours.

– Dans le cadre d’une enquête, c’est la gendarmerie qui peut faire usage des enregistrements. La police municipale n’y a accès qu’en présence d’un ou plusieurs gendarmes.

Une remarque personnelle pour conclure. Les sommes indiquées dans le projet de budget sont étonnamment élevées. Il serait intéressant d’effectuer une comparaison avec les sommes investies par d’autres communes.

G. Cornu

—————————————————————————————

19 caméras de surveillance vont être installées à Pénestin. Un vrai quadrillage ! On prévoit aussi deux systèmes d’enregistrement des plaques d’immatriculation aux entrées de la commune (rond-points de Barges et d’Assérac).

Si vous lisez le relevé des décisions du Conseil Municipal du 29 janvier 2024 qui a été consulté à ce sujet, vous apprendrez que le coût du projet s’élève à 293 070 euros, dont 86 535 euros en autofinancement sur le budget de la mairie. Ce qui signifie que cette dernière somme est payée par nos impôts…

Voilà qui représente, en divisant par 2000, environ 43 euros par habitant (encore plus si l’on ne compte pas les enfants). A ce prix, on aurait pu consulter les Pénestinois. Ou au moins les informer. Non, rien. C’est devenu une habitude, mais pour une décision comme celle-ci, et pour une telle somme, c’est particulièrement choquant.

A tout hasard, les membres du Conseil municipal ont-ils débattu, le 29 janvier, avant de voter, du pour et du contre d’une telle décision ? On ne le saura que dans deux ou trois mois, le temps nécessaire à la parution des comptes-rendus des Conseils sur le site de la mairie. On ne peut pas dire que l’information soit une priorité dans la commune.

L’évolution de l’insécurité et de la délinquance est-elle inquiétante à Pénestin ? Le dernier rapport de la police municipale sur la saison d’été 2023 pointait au contraire, pour ce que l’on en sait, une situation plutôt calme. 

Alors ? On sait qu’il faut distinguer l’insécurité réelle et le sentiment, voire le fantasme, de l’insécurité. Sentiment et fantasme relevant au départ de l’individuel plus que du collectif, est-ce le maire qui fait supporter à la commune ses craintes toutes personnelles, lui qui se pose si souvent en victime ? On se souvient de l’appel aux forces de l’ordre pour faire évacuer un Conseil municipal où il avait été le seul à ressentir un « danger », en mai dernier. Puis, une semaine plus tard, de la présence surréaliste de 5 véhicules de gendarmerie sur la place de l’Église pour surveiller à distance la bonne tenue d’un nouveau Conseil.

Pardon de le dire, mais ce sont souvent les régimes de tyrannie qui ont « peur » du peuple, alors que ce sont eux qui règnent par la peur qu’ils inspirent. La Chine opère un fichage généralisé de toute sa population et attribue des notes de bonne ou de mauvaise conduite à chacun de ses citoyens. Le sujet est d’autant plus sensible qu’on pleure aujourd’hui, en Russie et ailleurs, la mort d’Alexeï Navalny. Il faisait peur à M. Poutine. Même en prison. Même dans une prison de la région arctique où l’on fait chanter aux prisonniers, tous les matins à 5 h 30 jusque par – 32 degrés, l’hymne national. M. Poutine doit être rassuré. M. Navalny, lui, n’a plus ni peur, ni froid, il est mort.

Mais surveiller la population (plutôt que la servir…), ce n’est pas seulement un réflexe de peur. C’est aussi un projet social, qui progresse dans des sociétés encore démocratiques, mais de plus en plus tentées par l’autoritarisme. Au 18esiècle, on a inventé le « panoptique », un dispositif destiné à être installé au centre d’une prison afin de surveiller tous les prisonniers depuis un même point. Ultime raffinement : les surveiller sans qu’ils sachent à quel moment on les regarde ou pas.

Dans « 1984 », George Orwell dépeignait une société transformée en une gigantesque prison où rien n’échappe à la surveillance de « Big Brother ». Nous avons ensuite regardé à la télé son remake sous forme de « farce » : « Big Brother », justement. Et maintenant, nous allons payer pour faire installer les caméras qui vont nous surveiller, avec un ratio d’une caméra pour 100 habitants, qui dit mieux ? 

Cela mérite au moins qu’on en débatte. Et visiblement, les Pénestinois ont des choses à dire sur le sujet, si l’on en croit les commentaires publiés suite à celui de « vertdo » (article précédent) qui évoquait ces caméras de surveillance. 

Je reproduis donc ces commentaires ci-dessous et vous propose de continuer à vous exprimer sous forme de commentaires également, au bas de cet article.

vertdo says:
14 février 2024, à 4 h 10 p.m.

de mieux en mieux ce maire. Et maintenant , c’ est 19 cameras de surveillance qui vont être installées sur la commune pour un coût de 293 000 € !
et sans discussion puisqu’ il a supprimé tout débat ….

F.G. says:
16 février 2024, à 8 h 53 p.m.

En fait elles seront installées dans la mairie et autour pour protéger les quelques élues qui restent encore en poste contre tout “coup de main” intempestif, mais aussi pour qu’aucun élu ne consulte en douce ce site informatif…

JeanM56 says:
17 février 2024, à 1 h 25 p.m.

J’ai été surpris de découvrir cet investissement pharaonique pour l’installation d’un système de vidéoprotection (on ne dit plus vidéosurveillance) . A la lecture des recommandations de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) j’imagine que tout à été fait dans les règles par nos élus : autorisation préfectorale, analyse d’impact sur la protection des données.
A mon sens le plus important : informer la population a été omis ! Un comble quand on nous parle de dialogue et de démocratie . Même dans le compte-rendu municipal du 29/01 il n’y a aucun détail (pas plus d’ailleurs pour les autres points de l’ordre du jour).
Ah oui, j’avais oublié que ce projet prioritaire avait été présenté aux 250 personnes présentes aux vœux du maire (400 selon les organisateurs). Ce projet est classé en priorité 1, la toiture des pompiers en priorité 2, c’est moins important.
Si ce projet est accepté par la population (as t-on encore le choix de le refuser ?) notons cependant que chaque individu a un droit de regard sur les vidéos s’il pense avoir été filmé. Il y a fort à parier qu’en allant chercher votre baguette de pain vous serez filmé par une des 19 caméras. Après être passé à la boulangerie vous pourriez donc faire la queue à la mairie pour qu’on vous montre votre vidéo !!

20 commentaires sur “Voir sans être vu ? Non, être vu sans le savoir !”

  1. Ping : « Petites dégradations » de la démocratie locale - penestin-infos

  2. Je viens de finir le livre de Lilia Hassaine, Panorama. Est-ce un polar ? Non. Est-ce un roman d’anticipation ? Non, mais c’est les 2 à la fois, et plus encore une vision des jours à venir pas très réjouissante. Nous sommes en 2049 en France, à l’ére de la transparence; les familles vivent dans des maison-vivarium, qui laissent voir tout ce qui se passe à l’intérieur, afin d’empêcher tout le mal qui se passait avant à l’abri des regards.C’est un panorama bien inquiétant pour le futur que l’auteur nous décrit. Nous ne sommes pas encore en 2049, mais ce n’est pas tellement loin. Est-ce cette France du futur que des caméras à Pénestin nous prépare ? 19 caméras pour un si petit bourg. Quel cauchemar!

  3. Enfin un Conseil municipal et un maire responsables. C’est vrai, on vit dans la peur. Il parait que les règlements de compte se multiplient, qu’il y a de plus en plus de points de deal. Pénestin serait devenu le Marseille breton. Je n’ose plus descendre sur la plage. Bravo monsieur le maire pour cette initiative réclamée depuis des années, nous allons enfin retrouver le calme et la sérénité grâce à ces caméras. Au fait pourriez-vous en installer une devant chez moi, car comme je vous l’ai déjà dit, je ne me sens plus en sécurité. Je vous jure que je voterai pour vous à la prochaine élection municipale.

  4. Dégoutée par cette politique communale qui veux faire de la chasse aux espions une priorité à Penestin ? De plus mettre des caméras de surveillances reste une atteinte à la vie privée de tout un chacun ! j’espère qu’il y aura des réactions de la part des Pénestinois quant à cette décision “totalitaire”.
    Cela ne me semble pas justifié pour notre commune dans la mesure où les véritables délinquants se trouvent à la tête de celle ci . N est ce pas le maire lui même qui a été mis en garde à vue pour une affaire d’ agression sexuelle dont celle ci est toujours en cours ?
    Non seulement il EST intouchable et reste méprisant envers ses concitoyens mais en plus maintenant il a la folie des “grandeurs”. Pour moi, son état ressemble fort à de la mégalomanie……

  5. Au delà des problèmes de coût, de maintenance et… de visées électorales, c’est bien de surveillance individuelle dont il est question. Certes, nous ne sommes pas dans un pays totalitaire comme la Chine, et il existe des instances de contrôle, mais qui sait ce que nous réserve le futur? Avec ce projet, nous acceptons de mettre le doigt dans un processus dont on ne sait pas ce qu’il deviendra dans quelques décennies. Bien sûr, ce projet a été voté en conseil municipal. Il va donc devenir réalité, mais pouvons-nous rester les bras croisés?
    Une réaction sous quelle forme? lettres individuelles au maire, pétition, manifestation lors de l’installation de ces caméras, je ne sais pas. C’est peut être naïf,mais je pense qu’il est important de réagir. P. Mucet

    1. malheureusement, un tri sélectif doit s’effectuer en mairie………………. car je n’ai jamais eu de réponse aux lettres que j’ai envoyées au maire !!!!! une pétition, une lettre au préfet EN PERSONNE, ainsi qu’une manifestation lors de l’installation de ces caméras, me semblerait plus judicieux.

  6. Peut’etre serait il plus utile de mettre ces caméras dans les locaux de la mairie vue la plainte qui a été déposée dernièrement . l’insécurité ne serait elle pas là plutot que dans les rues de Pénestin , surtout pour le genre féminin .

    1. bonne idée, une caméra lors des séances du conseil municipal serait plus judicieux et aurait aussi évité le courrier abracadabrantesque du préfet( et sa diffusion partisane ) suite au conseil du 9 juin !

  7. Géniale cette mairie!il leur manque quand même l intelligence artificielle pour rendre le dispositif vraiment efficace,encore faudrait-il qu ils aient un peu d intelligence tout court..
    Erwan

  8. Pppffff…. De mieux en mieux! Ça me déprime 😞
    1- ce genre de dispositif ne sert à rien, il suffit de lire les études des sociologues à ce sujet..
    Un petit lien https://www.lemonde.fr/blog/bugbrother/2009/11/13/un-rapport-prouve-linefficacite-de-la-videosurveillance/
    2- j’aimerais bien, en tant que citoyen de ma commune qu’on utilise notre argent autrement et en tant que citoyen français que ce genre de subvention n’existe pas… jeter de l’argent par les fenêtres alors qu’il y en a tellement besoin et qu’on demande à tous les services publics de se serrer la ceinture, c’est tout bonnement une honte. Combien de communes vont utiliser ces subventions, quel coût total pour l’état?
    Quant à Penestin, je crois qu’une maison médicale est en construction… une dépense (inutile) supplémentaire maintenant, est-ce bien raisonnable?

  9. Comme un bon chinois, je préfère tout avouer par avance:
    -Je ne traverse que rarement dans les clous
    -je ramasse systématiquement des objets en plastique qui ne m’appartiennent pas sur les plages
    -par contre je n’ai pas toujours ramassé les déjections de mon chien sur les sentiers, les sacs étant devenus rares, j’ai juste balayé ou recouvert
    -j’ai dénoncé en mairie des dépôts sauvages
    -j’achėte régulièrement Sine mensuel à la librairie,
    parfois même Charlie hebdo
    -je fais des dons à l214 et à Peta
    -je suis heureux d’habiter Pénestin et parfois je chante quand je me promène

    Je suis confus de troubler ainsi la quiétude de notre belle commune et je me repens.

    1. Mdrrr j’adore votre retour …

      Pour ma part je n’ai jamais eu , au grand jamais , la sensation de vivre sur un territoire insecurisé … pour avoir des caméras à Penestin .
      Par contre voyager à vélo sur Penestin est vraiment insecured. MR le maire Si vous pouviez déplacer cet investissement sur des belles pistes cyclables sur l’ensemble de la ville Je reverrai peut être mes prochaines intentions de vote .

  10. La chasse aux espions serait elle devenue une priorité à Penestin ?
    Cette dernière farce enfin je l espère….
    Me semble vraiment inappropriée pour notre commune dans la mesure où les véritables délinquants se trouvent à la tête de celle ci
    N est ce pas le maire lui même qui a été mis en garde à vue pour une affaire d agression sexuelle dont celle ci est toujours en cours ?
    N est-ce pas son premier adjoint (présumé innocent) qui a été inquiété lui aussi dans une affaire de profit d intérêt ?
    De plus vu la moyenne d âge des penestinois cela voudrait il dire que nos anciens sont des bandits de grands chemins ?
    Peut-être une gouvernance de contrôle bientôt la reconnaissance faciale a l entrée de Penestin ?
    Des mégafichiers des données personnelles des penestinois ?
    Voudrait on faire basculer Penestin dans un régime de terreur avec cette surveillance de masse ?
    Ou tout simplement du voyeurisme…
    Beaucoup de questions sans réponses déjà n aurait il pas été nécessaire de questionner la population

  11. Dans le budget municipal des prochaines années, nous devrons voir apparaître
    – Le cout de maintenance des caméras
    – Le cout de fonctionnement et maintenance du réseau
    – le coût des heures de surveillance effectués par le personnel municipal (seulement heures ouvrés) ou d’un personnel externe (surveillance continu)
    L’investissement n’est toujours que la première partie d’un budget

  12. Précisons que si 86000€ proviennent de l’impôt communal, le reste de la somme, un peu plus de 200000€ provient également du produit de l’impôt, national, qui du reste sort également de nos poches.
    Il n’y a effectivement pas de plus grande priorité que d’installer ce type de dispositif dans toutes les communes françaises. Si chacune d’elle obtenait 200000€ (elle sont 35945) cela représenterait 7 milliards d’euros. Je suggérerais bien si j’osais, qu’en terme de sécurité pour les citoyens, on place plutôt cet argent dans l’hôpital public, le rendement serait meilleur.

    Prochain épisode : et si on créait une milice?

  13. Faire une politique de sécurité ou faire de la politique avec la sécurité ?

    La surveillance de plus en plus étroite de la population est de plus en plus souvent considérée, comme non plus autoritaire, mais totalitaire.
    Pour autant, certaines mairies ne souhaitent pas en installer en raison du coût d’installation et d’entretien. La présence d’un policier sur le terrain est privilégiée. Aujourd’hui, les caméras sont utiles dans moins de 3% des enquêtes pour délit. D’après une récente étude de la gendarmerie, la délinquance ne baisse pas dans les zones surveillées et sur près de 2 000 enquêtes, le visionnage des images a été utile seulement 22 fois.
    Et si je refuse d’être filmé? Je n’emprunte pas la rue vidéo-surveillée. La rue devrait cependant m’être ouverte, quelques soient mes opinions. J’ai donc à choisir entre deux de mes droits fondamentaux : liberté d’opinion ou liberté de circuler…

    Dans la même veine, sur la lettre municipale de février, M. Puisay, alias Ubu roi, écrit à propos de l’enquête publique du PLU : « (…) ma volonté d’associer tous les Pénestinois à l’élaboration de notre projet commun permettra j’en suis convaincu, d’améliorer notre cadre de vie et notre bien-être (sic)». Voilà maintenant qu’il nous concède ce que la loi nous a déjà accordé !

    Dominique Boccarossa

  14. Sans compter que c’est une dépense à rallonges… il va falloir payer des gens pour regarder les vidéos, payer l’entretien…. Avec notre air salé, je doute que cette technologie supporte bien l’humidité et la rouille, on n’a pas fini de tourner en rond !

  15. Je pense qu il faudrait en mettre une au village de kervraud là où réside le plus grand délinquant de la commune ainsi qu a Trehiguier ou certain personnel communal pourrait s y trouver en parlant plus sérieusement les personnes ne pourront plus discuter entre elles sans être fiches

  16. Quelle honte, quelle tristesse, quel mépris pour les administrés. Nous vivons en harmonie dans un lieu privilégié et préservé et les caméras vont instaurer un climat de crainte injustifiée et de surveillance inutile. Pourquoi pas bientôt sur les sentiers, sur les plages, les parkings ?
    Encore une dépense sans fondement et sans consultation de la population, ça devient une habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *