« M. Barnum, le rêve d’un cirque ». Et celui d’un monde à l’écoute des différences.

Moyenne d’âge : 25 ans. A cet âge-là, les rêves sont grandioses, mais précis, et l’on sait parfois se donner les moyens de les transformer en réalités. Chers amis Pénestinois et chers estivants, vous allez être étonnés, pour ne pas dire, stupéfaits ! Ou émerveillés… Samedi et dimanche prochains, les 10 et 11 août, un chapiteau de 300 places, installé Allée des sports, près de l’espace Petit Breton, accueillera 4 représentations d’une comédie musicale inédite, entièrement conçue et interprétée par une troupe de 50 jeunes enthousiastes. Cela s’appelle… rrroulements de tambours… « Monsieur Barnum, le rêve d’un cirque ».

Ces fous qui inventèrent le show-business

Monsieur Barnum, cela vous dit certainement quelque chose, à part les barnums que vous utilisez parfois pour de grandes fêtes de famille. Oui, bien sûr, Phineas Taylor Barnum, qui créa en 1871 aux Etats-Unis un cirque king size qui transportait en train son chapiteau, sa ménagerie et son « musée de curiosités », des géants et des nains, des femmes à barbe. Un film sorti l’année dernière, The Greatest Showman, retrace l’épopée de ces fous qui inventèrent le show-business !

C’est ce film justement qui a inspiré à Gabriel de Miribel l’idée d’en réaliser l’adaptation en une « comédie musicale live ». Rien que ça ! Avec une tournée qui commence à Pénestin et Vannes cet été et se prolongera à l’automne. Le spectacle suit le scenario du film au plus près. Il en retient le goût de la démesure et du sensationnel, la musique omniprésente, dansée et chantée, l’enthousiasme et le merveilleux. Mais pas seulement.

La nouveauté introduite par Barnum, ce qu’on a appelé le freak show, consistait à transformer en phénomènes de foire les bizarreries supposées de certains de nos congénères. Mais ce que des jeunes d’aujourd’hui veulent retenir, c’est avant tout un hommage à la différence vue comme une richesse : une « ode à la différence ». Voilà le message de leur spectacle : toutes les différences – que ce soit un handicap, une couleur de peau ou la diversité des origines, des parcours et des cultures – sont des atouts qu’il convient d’entretenir et de valoriser. Et la conjonction de toutes ces particularités devenues des talents forme un spectacle grandiose, qui associe chant, danse, théâtre, arts du cirque, dans la plus pure tradition du showbiz à l’américaine.

Valoriser la différence pour échapper au formatage

Chacun des 30 artistes de la troupe a conçu lui-même son personnage, comme Lola, une jeune bohémienne qui a émigré aux USA après avoir perdu toute sa famille et erre pendant 5 ans avant de rencontrer M. Barnum. Ou Haidao Wenshen, adopté à 5 ans par des pirates japonais qui lui transmettent leur savoir-faire. Ou Ulysse, gamin des rues, qui oscille entre l’amour et la haine. Autant de personnages rejetés, différents, et qui « sublimeront » leur différence à travers l’art.

Marie, 25 ans, a déjà une longue expérience de spécialiste du recrutement. Elle a été dans la vie courante ce qu’on appelle une « chasseuse de têtes ». Son personnage, Lux, fonctionne en binôme avec une jumelle, Nox, complémentaire parce que contraire. Lux est aussi lumineuse, dorée et rouge que Nox est lunaire, argentée et bleue. « Dans le recrutement, de plus en plus, on ne souhaite pas retrouver chez une personne ce que tout le monde possède aussi. On demande par exemple quelqu’un qui a fait 3 ans en alternance, qui en a voulu, à qui tout n’était pas dû. » Voilà une définition concrète : valoriser la différence, c’est échapper au formatage qui guette chacun dans notre société.

Gabriel, 24 ans, étudiant en école d’ingénieur, est le créateur du spectacle. Il est tout sauf un débutant. Il s’est associé avec Aurore avec qui il partageait déjà la scène d’une opérette à l’âge de 9 ans. Il fut Petit chanteur à la Croix de bois, puis chef de chœur d’un ensemble de 65 jeunes à Lille. A 20 ans, il a monté une première comédie musicale jouée devant 10 000 spectateurs de 7 pays, dont la Pologne au moment des Journées Mondiales de la Jeunesse. C’est un rêveur pragmatique, un garçon qui va au bout de ce qu’il entreprend. Il se veut « à la fois entrepreneur et altruiste ». Son message est que « rien n’est inaccessible, avec du travail et beaucoup de passion ».

Les bénéfices sont reversés à une association de soutien aux personnes victimes de traumas crâniens

L’association qu’il a créée avec Aurore, « Le cirque musical », a noué un partenariat privilégié avec Loisirs et Progrès, une association qui soutient les personnes victimes d’un traumatisme crânien ou d’un AVC, en les aidant à retrouver une mobilité par le biais d’activités artistiques. Les bénéfices du spectacle lui seront reversés. « Le cirque musical » a aussi conclu un partenariat avec Carrefour Market à Pénestin.

Les spectacles auront lieu le samedi 10 et le dimanche 11 août à 15 h 30 et à 20 h 30. Les places plein tarif (placement libre) sont à 10 euros. Le tarif réduit (- de 15 ans, demandeurs d’emplois) à 5 euros. Le tarif premium (placement préférentiel) à 15 euros. Il est possible de réserver ses places sur le site : https://mbarnumlemusical.fr/. Les dernières places seront en vente 45 minutes avant les spectacles. Accès aux gradins 30 minutes avant les spectacles.

Vous trouverez plus d’infos sur le site ci-dessus et une vidéo de présentation sur https://www.facebook.com/m.barnumlemusical/videos/401034873994716/.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.