Votre programme pour le week-end des 15 et 16 juin

  • Samedi 15 juin, à 10h : Rdv sur le parking du Lomer pour une découverte de ce site archéologique avec Catherine Dupont, chercheuse au CNRS / université Rennes (gratuit – prévoir des bottes)
  • Samedi 15 juin à 15 heures : Table ronde « La sublimation dans tous ses états. Le mai(s) de la psychanalyse », avec Alain Cochet, Tineke Gauchet-Engelen et Gilles Herlédan. Organisée par l’Association « Des Sources et des Livres », Salle de La Fontaine à Assérac

La sublimation est le processus qui détourne les pulsions sexuelles ou agressives de leur objectif premier et les réoriente vers des buts artistiques, intellectuels ou sociaux.

L’Association « Des sources et des Livres » est basée à Assérac. Elle organise depuis 10 ans des rencontres et des lectures. http://www.dessourcesetdeslivres.fr/

  • Samedi 15 juin à 18h, au Bateau livre : concert de musique traditionnelle avec les Filles de Roche, une chorale de La Roche Bernard qui interprète les chants collectés par Hervé Dréan.

Hervé Dréan est un passionné de la tradition orale du pays gallo entourant La Roche Bernard. Depuis l’âge de 17 ans, il parcourt les villages de la région et recueille chansons, légendes et témoignages. Il collabore avec l’association Dastum 44 qui assure la sauvegarde et la transmission du patrimoine de tradition orale. Il a enregistré plusieurs CD et publié Instants de mémoire, en 8 volumes. Il vit maintenant à Saint Dolay.

  • Samedi 15 juin, à 19 heures, au complexe Petit-Breton : spectacle gratuit de théâtre d’improvisation en mode « défis du public ». Par la troupe des Colporteurs de Brume. Précédé par le spectacle des enfants « les petites histoires qui font la grande ». Bar et grignotage.

Contact : 06 63 14 52 33, lescolporteursdebrume@gmail.com et www.lescolporteursdebrume

  • Dimanche 16 juin : vide grenier de la Mine d’Or (association des commerçants)
  • Le 1er juin, on a appris le décès de Michel Serres, grand philosophe et historien des sciences.

En 2001, il répondait à une interview du Monde sur le « virtuel » :

– Question : “De nombreux philosophes dénoncent les dangers du développement du virtuel via internet et les techniques numériques. ils stigmatisent la perte de contact avec le réel et l’altération du lien social. comment réagissez-vous à ces critiques ?

Michel Serres : Prenez le cas de Madame Bovary, qui s’ennuie en Normandie pendant que son mari passe son temps à visiter ses clients à la campagne. Elle fait l’amour beaucoup plus souvent en esprit qu’en réalité. Elle est entièrement virtuelle. Madame Bovary, c’est le roman du virtuel. Et quand je lis Madame Bovary, comme n’importe quel autre livre, je suis aussi dans le virtuel. Alors que ce mot semble créé par les nouvelles technologies, il est né avec Aristote. Le modernisme du terme n’est qu’apparent.

Tous les mots latins en “or” ont donné des mots français en “eur” : horreur, honneur… Sauf un ! Lequel ? Le mot amour. Amor a donné amour. Pourquoi ? Il semble qu’il ait été inventé par les troubadours de langue d’oc à l’occasion du départ pour les croisades. Il s’agissait alors de chanter les princesses lointaines. Ainsi, c’est comme si l’amour avait été inventé pour et par le virtuel. “L’absence est à l’amour ce qu’au feu est le vent, il éteint le petit, il allume le grand”, écrivait Bussy-Rabutin. Nous sommes des bêtes à virtuel depuis que nous sommes des hommes. Pendant que je parle, une partie de mes pensées est à ce que je dois faire ensuite, une partie est à mes cours de Stanford, une autre se souvient de mon dernier voyage en Afrique du Sud… Toutes nos technologies sont le plus souvent du virtuel.

– Question : Quelles caractéristiques distinguent le “nouveau” virtuel de ce virtuel traditionnel ?

– Michel Serres : Quasi aucune ! On va dire que les jeunes sont tout le temps dans le virtuel et qu’ils vont s’étioler… Or, dans notre génération, tout le monde a été amoureux de vedettes de cinéma que l’on n’a jamais embrassées qu’en images. Le virtuel est la chair même de l’homme. Une vache, elle, n’est pas dans le virtuel. Elle est dans son carré d’herbe en train de brouter.

1 commentaire sur “Votre programme pour le week-end des 15 et 16 juin”

  1. Je suis toujours dans le virtuel, à tel point que ma mémoire immédiate m’échappe. Le virtuel, ce sont mes interrogations, mes doutes, mes hésitations. Quand serai-je dans le réel ? Probablement lorsque je serai mort.
    Paul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.