Je n’ai pas à rougir de ce blog

Il est fait allusion sans le nommer au blog penestin-infos dans la lettre de « Osons Pénestin », la liste soutenant le maire, distribuée ces derniers jours dans les boîtes aux lettres. Il m’est reproché de « relayer les informations » du « Bon sens pour Pénestin », la liste de M. Boccarossa, en « faisant des copier-coller de ses écrits et interventions »« souvent avant même que les PV soient officialisés par la Préfecture ».

Des « copier-coller » ?! Ce n’est pas vraiment « le style de la maison », comme on dit… Je m’efforce dans mes articles d’être précis et à la fois d’expliquer et de développer les informations, de les mettre en contexte, afin de fournir à ceux qui me lisent des éléments de compréhension. Qu’on me reproche de faire trop long, ou qu’on me complimente sur la clarté et le niveau de réflexion de mes articles, on reconnaît en général cette plus-value qui est en quelque sorte ma marque de fabrique.

Dire ensuite que je « relaie » une autre pensée que la mienne… Voilà qui ne me fait pas plaisir ! M. Boccarossa lui-même a bien compris que je n’en fais qu’à ma tête, mais certains continuent à prétendre que je serais son porte-voix, son porte-parole… Croyez-vous que je passerais entre un et trois jours sur chaque article que je publie, au détriment de mes autres activités, s’il s’agissait de me mettre au service d’un tiers ? 

J’en suis réduit à faire des hypothèses

J’ai été indépendant toute ma vie, c’est ma fierté. Certains, que j’ai côtoyés à la GLP ou à Autre Regard, vous le confirmeront : dans les moments les plus cruciaux de la candidature de Mme Dupé par exemple, je n’ai pas hésité à prendre position seul contre tous. D’autres, soumis à l’autorité au point de ne piper mot dans les réunions du Conseil municipal et de les dénaturer, envient certainement cette liberté qui est la mienne.

Le maire lui-même, lorsqu’il ne l’était pas encore, m’encourageait, dans des écrits que j’ai conservés, à poursuivre ce blog dont il louait la qualité. Il a brutalement « viré » en avril 2020, considérant – j’en suis réduit à faire des hypothèses – qu’il avait plus intérêt à me traiter comme un adversaire qu’à me laisser libre de traiter à ma guise l’actualité de la commune.

Il n’a pas perçu, je suppose, quel est le rôle d’une presse indépendante, se réclamant avec fierté de la loi sur la liberté de la presse de 1881, adossée à des compétences et à des valeurs, pour fluidifier la circulation de l’information dans un espace public et y renforcer la démocratie. Cela vaut bien l’inconfort dont s’accommodent la plupart des dirigeants (peut-être plus nationaux que locaux, il est vrai) de devoir laisser à des journalistes que l’on ne contrôle pas la liberté d’enquêter et de s’exprimer. On en a tous les jours des exemples : l’accrochage Darmanin-Malherbe, le livre récent sur les Ehpad…

Il y avait à Pénestin un déficit d’information

Je publie mes articles avant les PV officiels ? Heureusement ! Il faut attendre au minimum un mois, souvent deux, voire plus, avant que ces PV soient proposés au public sur le site de la mairie. Par ailleurs, ils accumulent les fautes d’orthographe, les coquilles, les erreurs et les oublis : j’ai déjà évoqué ces dysfonctionnements qui affectent l’information des citoyens de notre commune. 

Le Bulletin municipal, quant à lui, a conservé de l’équipe précédente la mauvaise habitude de ne mentionner, même 3 mois après, que les ordres du jour, sans prendre la peine de résumer ni les débats, ni les décisions qui ont été prises. Enfin, les médias régionaux, L’Echo de la Presqu’Île et Ouest France, brillent l’un par son absence et l’autre par des comptes rendus souvent orientés, qui affectent la crédibilité du premier quotidien de France, j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises.

Il y avait à Pénestin un déficit d’information. Certains me disent que sans penestin-infos, ils ne sauraient pas ce qu’il se passe dans leur commune. Chaque article est lu par plusieurs centaines de lecteurs de tous milieux et toutes opinions. Je n’ai pas à rougir de ce blog, qui a déjà trois ans et demi d’ancienneté. 

A propos, je recherche toujours un ou une stagiaire, jeune ou âgé(e), qui souhaiterait se former ou se perfectionner dans le journalisme écrit. Et indépendant !

4 commentaires sur “Je n’ai pas à rougir de ce blog”

  1. Ping : Supplique à l’adresse de nos élus - penestin-infos

  2. Dans notre lettre n°4 le Bon Sens, il n’y a aucun mot, aucune phrase ni chiffres qui n’aient été vérifiés. Lorsque M. Puisay « conseille à l’auteur de vérifier ces informations », il prend le risque d’un retour à l’envoyeur. Je n’ai pas, bien sûr, besoin de ses conseils. Je les éviterai même.

    Un seul exemple. Lorsque M. Puisay écrit à propos de la décharge sauvage municipale située au lieu-dit le Guernay « il aurait été plus simple d’alerter les responsables de la mairie (…) nous aurions perdu beaucoup moins de temps ».
    En 2016 déjà, nous avions demandé à la mairie et l’adjoint responsable de cette décharge sauvage de cesser tout dépôt et de nettoyer le site. Dans le même temps, nous avions remis une liste détaillée des déchets enfouis. Un article avait été édité sur le journal Ouest France. En commission d’urbanisme, il y a plus d’un an, je suis de nouveau intervenu. Enfin, en janvier 2021, Ouest France encore, traitait du sujet, avec à l’appui, une interview de M. Puisay.

    Prochainement, je reviendrai plus précisément et en détails sur les écrits de M. Puisay. J’en profiterai également, pour parler des projets évoqués dont certains existaient avant lui. Le personnage nous offre sur un plateau des mensonges, un discours creux sans références ni sources, plutôt « politique » que d’intérêt local, une pensée chaotique, une mise en page bâclée, peut-être à l’image de sa gestion communale.

    Dans sa réponse aux écrits de ce quatre pages, M. Cornu a raison de revendiquer son indépendance ou dire qu’il « n’en fait qu’à sa tête ». Je dois même avouer regretter parfois qu’il ne « soit pas à ma botte ». Mais il m’arrive de raisonner et d’être raisonnable, mais surtout d’être fidèle aux principes d’une liberté inaliénable. Si nous avons un point commun, avec M. Cornu, c’est bien celui-là. Pour tout le reste, ce sont nos différences qui préservent notre pensée et notre existence.

  3. Gérard,
    laisse ce maire enfoncé dans ses attitudes de petit potentat local griffer rageusement tout ce qui vit autour de lui. Pauvre maire acculé à dénoncer les opinions de ses concitoyens, s’ils ne lui tressent pas des couronnes de louanges serviles. Une bien pauvre image de la vie locale !

    1. c’ est exactement cela . ce copié(mal-collé) de la fausse-vraie nouvelle municipalité est consternant .
      Quand on est élu avec 300 voix de plus
      issues du soutien du même groupe de pression extérieur à la commune qui a élu et réélu le maire précédent , on se la fait discret et on respecte ceux
      les Penestinois qui n’ ont pas voté pour sa liste rafistolée
      .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.