Un Café repaire sur le « Zéro déchet » vendredi 18 octobre au Bateau Livre

Vendredi 18 octobre à 20 h aura lieu le prochain « Café repaire » au Bateau Livre de Pénestin, consacré au thème du « Zéro déchet ». L’occasion de revenir sur 6 années de « cafés repaires » à Pénestin, à l’initiative de Jean-Marc Bonavoir.

On pourrait aussi les orthographier cafés « repères ». Question de point de vue. L’initiative de leur création revient à Daniel Mermet qui, en 2005, dans le cadre de son émission sur France Inter « Là-bas si j’y suis », suggérait que ses auditeurs se retrouvent pour discuter entre eux dans leurs villages ou dans leurs quartiers. Aujourd’hui, ils sont environ 150 en France, mais aussi à Montréal, Barcelone, Londres et Budapest.

C’est Jean-Marc Bonavoir qui attrape au vol cette suggestion. « Pour créer un café repaire, il faut un lieu, quelqu’un qui anime, et une bonne résonance avec le propriétaire du lieu. » Avec Pascal et Marie-Paule, propriétaires du Bateau Livre à l’époque, l’affaire démarre dans l’enthousiasme et sur les chapeaux de roues. Il peut compter sur leur plein soutien pour organiser 5 ou 6 débats par an. Au début, les thèmes sont choisis au cas par cas. Puis il crée des cycles. Ce seront l’Education avec des conférences sur les écoles Freinet, Montessori et Steiner-Waldorf, puis les médecines alternatives, ostéopathie, naturopathie. De toutes ses années, il retient des rencontres souvent exceptionnelles, comme Thérèse Clerc, militante féministe et initiatrice de maisons de retraites autogérées, qui voulait non seulement changer le regard sur la vieillesse, mais changer la vieillesse elle-même.

Interpeler les candidats aux prochaines Municipales

Le thème de cette année est « l’empreinte de l’homme sur l’environnement. » Une première conférence, a eu lieu le 26 septembre avec Dominique Boccarossa. Elle portait sur la Trame Verte et Bleu dans ses relations avec l’organisation d’un territoire et avec les politiques d’aménagement. Après un exposé présentant les étapes qui ont mené de la première liste des espèces protégées en 1948 à nos jours en passant par la Loi Littoral de 1986, le président de l’association Cappenvironnement a notamment annoncé son intention d’interpeler les candidats aux prochaines Municipales de Pénestin sur leur respect de la loi et de souligner concrètement, si nécessaire, leurs manquements.

La prochaine conférence, celle du 18 octobre, sur le « Zéro déchet », sera donnée par Amélie Brault qui a créé l’association « Terre – agir pour la planète » afin de promouvoir le zéro déchet dans le pays de Redon. Elle tient également un blog (https://terre-agir.com/blog/) pour partager les recettes et les astuces qu’elle accumule depuis qu’elle-même et sa famille sont passées au zéro déchet en 2016.

Jean-Marc, pour sa part, a choisi de proposer ce thème du zéro déchet après avoir constaté que le tri sélectif des déchets fonctionne très bien, mais qu’il pose plus de problèmes qu’il n’en résout. Il suffit de regarder les containers envoyés dans les pays d’Asie, mais que ceux-ci commencent à nous renvoyer, considérant qu’ils n’ont pas à devenir la poubelle des pays riches. Cependant, en France, on est mal préparés à cette nouvelle situation, on n’a pas réfléchi aux lieux susceptibles d’accueillir nos propres déchets. Pour Jean-Marc, la meilleure façon d’améliorer cette situation est… de ne pas produire de déchets, ou du moins de réduire drastiquement leur quantité.

Les conditions de culture du blé qu’il utilise

Vous connaissez probablement Jean-Marc comme boulanger, depuis 15 ans, à son fournil de Kerandré. Il utilise un four à bois pour ne pas consommer d’électricité, renonce à toute substance chimique, renonce aussi à la levure. Il s’informe sur les conditions dans lesquelles le blé qu’il utilise est cultivé et a opté pour une coopérative d’agriculteurs bio du Morbihan. Résultat : un succès qui ne se dément pas pour la qualité de son pain et pour la convivialité de son accueil.

Jean-Marc n’impose pas ses choix aux autres : « Je m’occupe de moi-même ». Il vit selon ses idées, construit de ses mains les maisons qu’il habite, se contente du nécessaire, prend en toute chose le temps nécessaire à la réflexion. Un sage ? Peut-être, mais surtout un citoyen. Tout simplement.

2 commentaires sur “Un Café repaire sur le « Zéro déchet » vendredi 18 octobre au Bateau Livre”

  1. Ping : « Pour que les hameaux restent des hameaux… », une interview de Jean-Marc Bonavoir - penestin-infos

  2. Ping : La liste « Le Bon Sens pour Pénestin » est prête à se retrousser les manches ! - penestin-infos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *