Cap Atlantique présente les résultats du questionnaire sur Loscolo adressé aux mytiliculteurs : la méthode Coué ?

On attendait les résultats du questionnaire adressé aux mytiliculteurs le 21 octobre par Cap Atlantique.  Surprise lundi : un article de Ouest France reprend les éléments d’un point d’information présenté au conseil communautaire du 10 décembre dernier et consacré à ces résultats. Aucun mytiliculteur n’a rien reçu de Cap Atlantique. Le syndicat conchylicole de Pénestin non plus. Qui plus est, l’article est paru dans une édition de Loire Atlantique, « La Baule Guérande», que personne n’est habitué à lire. Bref, c’est dans la presse que les professionnels découvrent – ou pas, pour certains – les résultats de la consultation lancée après que M. Criaud, président de Cap Atlantique, était venu nouer un contact personnalisé avec eux lors de leur assemblée générale du 1er octobre dernier, accompagné de deux vice-présidents de l’agglo, de plusieurs techniciens et du maire de Pénestin, M. Puisay. Est-ce un manque de courtoisie, une inattention, une erreur de com, un signe de précipitation à l’approche de Noël ? La démarche est tellement surprenante qu’on est tenté de leur chercher des excuses…

Une communication sélective

Que s’est-il passé ? Lors du conseil communautaire du 10 décembre dernier, le projet Loscolo fait l’objet du point d’information numéro 26 présenté par M. Cadro, rapporteur du dossier, maire de La Turballe et vice-président à l’économie de l’agglo. Le conseil a été filmé et la vidéo est disponible sur internet ( https://www.youtube.com/watch?v=REoNpbHQgOU à partir de 1 h 58’ jusqu’à 2 h 11’). M. Cadro lit un texte de deux pages et demi aux phrases longues et sinueuses devant des conseillers qui, visiblement, pensent à autre chose. Nulle exagération ici : regardez vous-mêmes ! Ce sujet est cependant, à ce qu’il semble, le seul à être transmis à la rédaction Ouest France de La Baule parmi la cinquantaine abordée lors de ce conseil. Même un sujet aussi important que le passage de 15 à 21 vice-présidents – les 6 nouveaux sont élus lors de ce même conseil – n’a pas franchi la frontière entre Cap Atlantique et le quotidien. Nous avons affaire à une « communication sélective » : Cap a voulu mettre ce sujet en avant.

On est le week-end : la rédaction bauloise confie l’écriture de l’article à une jeune « journaliste apprentie » encore étudiante. Je ne reproduis pas son nom ici afin que le présent article ne lui soit pas accolé lors de futures recherches sur google et ne lui porte pas préjudice dans ses études. Elle n’a pas assisté au conseil communautaire et dispose pour toute information du rapport de M. Cadro. Elle dit avoir voulu faire un article honnête et équilibré : elle a mentionné par exemple, dit-elle, les recours engagés contre le projet Loscolo. Cependant, à défaut d’autres sources d’information, elle ne dit que ce que M. Cadro lui-même en a dit. De même pour les chiffres, repris de son rapport et dépourvus de l’analyse qui aurait été indispensable.

Article « A Loscolo, le projet conchylicole se poursuit » du 14 décembre 2020, édition La Baule Guérande

Retiré sur injonction du journal Ouest-France, qui évoque le non respect des « droits moraux et patrimoniaux » des auteurs :

Dans ma réponse, que je publierai, j’indique au directeur départemental :

« L’esprit critique est une valeur qu’a priori nous sommes supposés partager, vous l’homme de presse et moi l’ancien universitaire. Répondre à l’esprit critique par la menace et par la référence à vos « droits », c’est une approche que j’ai du mal à comprendre. [Néanmoins,] je vais céder avec tristesse à votre injonction. (…) Je n’ai nulle vocation à être un pot de terre affrontant un pot de fer ». (vendredi 18 décembre 2020)

Le questionnaire adressé aux mytiliculteurs de Pénestin en octobre comportait trois questions. La première stipule : « D’accord – pas d’accord sur la position suivante : « le projet aura un impact positif sur le maintien ou le développement de la filière mytilicole sur Pénestin. » 62% des entreprises consultées auraient répondu « d’accord ». M. Puisay, maire de Pénestin, parle de 72% à la fin de l’enregistrement : l’un des deux commet nécessairement une erreur. M. Bernard, mytiliculteur au Lomer, s’interroge sur la valeur des chiffres fournis : « J’ai des doutes sur le dépouillement. A-t-on compté par bâtiments, par sociétés ? Moi et mes frères, par exemple, nous avons 3 sociétés, mais qui ne comptent que pour une seule. Le Groupement La Pénestin, favorable au projet, mais qui ne réclame à ce qu’il semble qu’un seul lot sur la future zone Loscolo, compte-t-il pour 1 ou pour 8 ? Il y a aussi des jeunes qui ont des concessions, mais pas d’ateliers. Certains d’entre eux ont été consultés et d’autres pas. »

Mieux vaudrait compter les entreprises plutôt que raisonner en pourcentages

On nous dit par ailleurs que 79% des entreprises ont répondu au questionnaire. Les 21% restants sont comptabilisés comme « neutres », une sorte d’abstention entre « d’accord » et « pas d’accord ». Comment le calcul a-t-il été effectué ? Si l’on multiplie 0,62 par 0,79, ce qui n’est pas absurde, on obtient 0,49, soient 49%, et la « forte mobilisation » annoncée s’étiole quelque peu… Une chose est certaine, il est en général déconseillé de calculer en pourcentages lorsque l’on manipule des quantités inférieures à 100. Il vaudrait donc mieux, si l’on veut y voir plus clair, compter les entreprises plutôt que raisonner, comme c’est le cas ici, en pourcentages.

Questionnaire

Le rapport présenté par M. Cadro n’apporte pas de précisions sur tous ces points. On imagine mal que Cap Atlantique puisse continuer à se dispenser de fournir aux premiers intéressés, les mytiliculteurs, des détails sur la méthodologie de l’enquête. Mais cela n’empêche pas le rapporteur de tirer des conclusions. Il est question de la « réaffirmation des professionnels locaux sur l’intérêt du projet », alors que cet intérêt supposé n’avait jamais été « affirmé » jusque là. De « s’assurer à nouveau de leur adhésion » : même remarque. « Ces chiffres confirment l’importance et l’adéquation globale du projet avec le besoin d’une majorité de professionnels », indique le rapporteur.

La deuxième question du questionnaire indiquait : « intéressé – pas intéressé

par l’implantation de mon chantier sur le lotissement conchylicole de Loscolo

° à partir de 2023 : …

° d’ici 2025 : …

° autre échéance : …

Si oui, surface envisagée : … »

Selon M. Cadro, 47% des entreprises se sont déclarées intéressées, ce qui selon lui « autorise un réel optimisme quant à la présence des professionnels locaux sur le parc ». Il semble toutefois que les 47% en question incluent celles ayant répondu « autre échéance », qui est à l’évidence la réponse de personnes avant tout soucieuses de “voir venir”, de se ménager une issue pour le cas où, sans prendre de risque. De quoi tempérer peut-être l’optimisme de MM. Cadro et Puisay… Combien ont fait cette réponse ? Combien ont répondu 2023 ou « d’ici 2025 » ? Il serait bien sûr indispensable de le savoir, pour que les chiffres aient un sens.

35% de mytiliculteurs prêts à s’implanter « à court terme » ?

M. Puisay a d’ailleurs peut-être bien vendu la mèche lors de sa brève intervention : il parle d’installations « à court terme » (= réponses 2023 et d’ici 2025 ?) « pour presque la moitié » des 72% qui se sont prononcés plutôt favorablement. Le chiffre de 72% est donné à la place des 62% indiqués par le rapporteur et il s’agit de la première question et non de la seconde. Si l’on fait néanmoins le calcul, on peut penser que M. Puisay veut parler de 35% de mytiliculteurs prêts à s’implanter « à court terme ». Il est vrai qu’il donne le chiffre de 50% quelques secondes plus tard. On s’y perd…  Là encore, on y verrait plus clair avec un calcul par entreprises. (voir la transcription complète à paraître ci-joint demain jeudi)

Pour continuer dans les chiffres, le rapporteur indique que le « bilan financier prévisionnel » sera soumis au conseil à l’été 2021. D’ici là, le ticket d’entrée au parc Loscolo n’est toujours pas connu, comme je l’indiquais déjà dans mon article du mois dernier (http://www.penestin-infos.fr/les-mytiliculteurs-ont-jusquau-30-novembre-pour-renvoyer-leurs-questionnaires-a-cap-atlantique/ ). Les mytiliculteurs qui sont des entrepreneurs prudents et pragmatiques attendent certainement d’en savoir plus. On se demande même pourquoi ils ne sont pas plus nombreux à avoir coché la case « autre échéance » !!

Enfin, M. Cadro indique que « l’hypothèse » de recevoir des subventions complémentaires dans le cadre du plan France Relance est « examinée attentivement ». Ce programme, doté de 100 milliards d’euros, est celui annoncé le 3 septembre par le premier ministre « afin de protéger le pays des conséquences économiques et sociales de la crise du Covid-19 ». Sans vouloir jouer les rabat-joie, peut-on vraiment croire que le projet Loscolo, qui date de plus de 20 ans, parviendra à capter une part de ce financement destiné à la relance du pays après la crise du covid ? Pendant ce temps, on continue à dépenser l’argent des contribuables peut-être pour rien, en études, défrichement et travaux divers. On en est déjà, d’après certains calculs, à 780 000 euros.

Bref, on se demande par moments, au vu de ces dernières péripéties, si la nouvelle équipe de Cap Atlantique, qui a repris à son compte un projet sur lequel M. Métaireau, l’ancien président, avait fini par exprimer des doutes (voir http://www.penestin-infos.fr/fin-fevrier-lancien-president-de-cap-atlantique-se-declarait-inquiet-a-propos-du-projet-loscolo/), n’a pas choisi l’autosuggestion comme ultime méthode pour se convaincre que le projet est viable envers et contre tout. Car il y a encore la question des fouilles archéologiques, le coût non évalué des dispositifs de pompage et de rejet, le… STOP !! Répétons tous en choeur : Loscolo est un bon projet, nous sommes optimistes …………….. Loscolo est un bon projet, nous sommes optimistes …………………. Loscolo est un bon projet, nous sommes optimistes ………….. Loscolo est un bon projet, nous sommes optimistes ………………

5 commentaires sur “Cap Atlantique présente les résultats du questionnaire sur Loscolo adressé aux mytiliculteurs : la méthode Coué ?”

  1. Bravo Gérard,
    On ne peut que reconnaître tes qualités journalistiques; réussir à écrire un si long article avec si peu d élément….

    1. Bonjour Sylvain,
      L’article s’appuie sur des faits, uniquement des faits. Si tu as d’autres éléments pour contribuer à enrichir l’information, les Pénestinois te seront reconnaissants. Tu en as certainement en tant que professionnel favorable au projet du lotissement Loscolo.
      Dominique Boccarossa

    2. Bonjour Sylvain,
      Mon article est long, c’est vrai, je ne sais pas faire court. Mais il me semblait qu’il était resté factuel du début jusqu’à la fin, ce qui fait quand même pas mal d'”éléments”.

  2. Merci encore Gérard pour toutes ces informations. Je suis atterrée de la non communication des élus vers leurs citoyens sur nombre de sujets , bien au delà de ce cas précis, et a fortiori ici vers les professionnels directement concernés par le projet de Loscolo. J’espère qu’ils sont nombreux à lire ce blog , et j’invite ceux qui le lisent à le partager avec leurs collègues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.